Débat sur la jeunesse tunisienne

Débat Social,national,Approches,Points de Vues,Courants....
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Débat sur la jeunesse tunisienne

Message par kilani_se »

Les jeunes peuvent dire des "moins jeunes" :
Nous sommes notre propre avenir. nous ne voulons pas de cet avenir hypothétique et sans cesse reporté que notre époque de vieillards brandi comme un moyen de se débarrasser d'une envie au présent.
Notre avenir, c’est ce que nous faisons ici et maintenant.
Pour nous, il n’y pas d’homme nouveau à venir, mirage des doctrines politiques progressistes.
Il y a des Hommes, les pieds liés au boulet de leur histoire, le cœur vibrant pour le présent, les yeux rivés sur le lendemain qu’ils construisent. L’avenir commence hier, et se bâti aujourd’hui !
Ton avenir ne peut être que le choix d’un travail pour construire, le choix d’une terre où bâtir, le choix d’une famille pour transmettre. Voilà tes plus grandes responsabilités, voilà le chemin de ton honneur.
Avatar de l’utilisateur
leila
.
.
Messages : 2855
Inscription : dim. déc. 24, 2006 10:58 am

Message par leila »

Merci d'avoir pensé a ce sujet kilani :wink:
le debat sur la jeunesse est incontournalble,on ne peut pas passer à côté,on n'en a pas le droit.
on y reviendra bientôt inchallah.
m.Hamdi
Messages : 1
Inscription : mar. nov. 02, 2010 7:40 pm

Message par m.Hamdi »

Salut tout le monde,

je suis nouveau ici, et ce qui m'interesse le plus dans ce FORUM c'est l'espace "reflexion civique".
Concernant ce sujejt, "debat sur la jeunesse", je voudrais bien commencer tout simplement par dire: "il n'y aura que l'experience qui pourrait changer et ameliorer la jeunesse d'haujourdhui, mais c'est l'education qui changerait la jeunesse de demain". Si on s'occupe tout simplement de la jeunesse qui existe aujourdhui, tout en laissant trainer les generations qui suivent, nous auront apres quelques annés, peut être une ex-jeunesse sur la bonne voie, mais nous auront certainement une jeunesse, pire que la premiere. Pour moi, Il faut tout d'abord examiner les jeunes d'aujourdhui, et revoir le systeme educatif que nous avons entre les mains, et surtout, conscientiser le noyau de la societé et de la notion de la société, que forme la famille. Il faut tout d'abors savoir ce que nous voudrions et attendons de la jeunesse en general, celle d'aujourdhui, certainement, mais aussi, sans doute, celles qui existeraient. Et puis il faudrait trouver les automatisms et les institutions, qui pourraient, realiser et atteindre le but prévu.
à tres bientot :)
Avatar de l’utilisateur
khorasan
.
.
Messages : 861
Inscription : mer. mai 23, 2007 8:41 am
Localisation : 7it

Message par khorasan »

Tout un programme...
Reveille toi, tu as l'éternité pour dormir
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Message par kilani_se »

m.Hamdi a écrit :il n'y aura que l'experience qui pourrait changer et ameliorer la jeunesse d'haujourdhui, mais c'est l'education qui changerait la jeunesse de demain
Bonjour m.hamdi,
On a beau répéter à un jeune ne fait pas ceci ou ne fait pas cela, mais malgré tout, il faut qu'il essaye pour se forger sa propre expérience.
Quand on parle d'éducation, on parle donc surtout d'idées transmises et forgées d'une génération à l'autre, ce qui sous entend qu'un jeune doit subir les "conseils" et "directives" des gens qui ont de l'expérience.
Si un jeune aujourd'hui se sent apte à créer et a devenir peintre ou musicien, et qu'on lui impose de devenir gestionnaire, est ce la bonne approche pour construire un monde où la jeunesse doit s'affirmer et moduler un monde qui va vers le "meilleur" ou le plus "rentable"?
rivagabes
Messages : 1
Inscription : ven. nov. 26, 2010 11:31 pm
Localisation : Gabes

message aux jeunes

Message par rivagabes »

les parents d'aujourd'hui sont confrontés à de Xples charges, la plus importante selon eux c que leurs enfants réussissent leurs études, oubliant souvent qu'il y a bcp d'autres choses à construire chez un jeune...la personne, la personnalité, l'espoir, la confiance, l'originalité des idées, vivre l'aujourd'hui, accueillir le lendemain et réussir l'avenir: la jeunesse c'est l'avenir, c'est notre avenir à tous.
vous les jeunes n'hésitez pas de donner votre avis aussi médiocre que vous estimez, c'est comme ça que vous améliorez la discussion, que vous imposez votre idée et que vous décidez de votre avenir, profitez bien des idées de vos aînés :!: :?: :idea: :arrow:
Avatar de l’utilisateur
ritchie
.
.
Messages : 3118
Inscription : sam. nov. 25, 2006 9:30 pm

Message par ritchie »

bonjour,
est-il possible d etablir une espece d etat des lieux de l actuelle jeunesse tunisienne?ses aspirations,ses craintes et ses espoirs...etc...
quelle est la fourchette d age pour dire d une personne qu elle est jeune?
existe-il une ou plusieurs jeunesses tunisienne?
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Message par kilani_se »

ritchie a écrit :bonjour,
est-il possible d etablir une espece d etat des lieux de l actuelle jeunesse tunisienne?ses aspirations,ses craintes et ses espoirs...etc...
quelle est la fourchette d age pour dire d une personne qu elle est jeune?
existe-il une ou plusieurs jeunesses tunisienne?
Bonjour Ritchie,
La jeunesse n'a pas d'âge, comme disait Victor Hugo : "Quarante ans, c'est la vieillesse de la jeunesse, mais cinquante ans, c'est la jeunesse de la vieillesse."
Tout ce qu'on souhaite aux jeunes d'aujourd'hui c'est de secouer les multiples préjugés et difficultés qui les guettent notamment :
La précarité et le choix d'avenir, la violence et l'intimidation, l'amitié, l'amour, la famille, l'orientation sexuelle, l'école, la santé physique, la santé émotive et aussi internet qui n'est pas toujours sécuritaire.
Plus qu'en Europe, la jeunesse tunisienne subit un racisme générationnel et culturel qu'on décèle à partir de certains signes comportementaux, une approche artistique très spécifique (musique rock, pop, electro, rap,...) et un langage spécifique (ça vanne,...).
Enfin la particularité de la jeunesse tunisienne c'est aussi d'être au cœur de deux mondes antagonistes, l'orient et l'occident.
Avatar de l’utilisateur
leila
.
.
Messages : 2855
Inscription : dim. déc. 24, 2006 10:58 am

Message par leila »

bonjour kilani,
tu es entrain de brosser un portrait des plus idyllique de la jeunesse tunisienne,est-ce vraiment le cas?
et puis de quel occident on parle?les jeunes tunisiens ne connaissent que la france,le plus souvent par ouie dire ou à travers la télé,et l'orient c'est lequel?les feuilletons egyptiens?la jeunesse tunisienne est ignorante,bête et mechante,ce n'est certes pas de sa faute ,mais c'est ce qu'elle est.
en vérité la jeunesse tunisienne va mal et elle fait semblant de ne pas le savoir,elle n'a pas mal à la tête mais dans la tête.
parlons plutôt de l'education,des perspectives d'avenir,des débouchés sur l'emploi...etc.....
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Message par kilani_se »

leila a écrit :bonjour kilani,
tu es entrain de brosser un portrait des plus idyllique de la jeunesse tunisienne,est-ce vraiment le cas?
et puis de quel occident on parle?les jeunes tunisiens ne connaissent que la france,le plus souvent par ouie dire ou à travers la télé,et l'orient c'est lequel?les feuilletons egyptiens?la jeunesse tunisienne est ignorante,bête et mechante,ce n'est certes pas de sa faute ,mais c'est ce qu'elle est.
en vérité la jeunesse tunisienne va mal et elle fait semblant de ne pas le savoir,elle n'a pas mal à la tête mais dans la tête.
parlons plutôt de l'education,des perspectives d'avenir,des débouchés sur l'emploi...etc.....
Bonjour Leila,
Ce n'est pas uniquement la jeunesse tunisienne qui va mal, mais c'est fondamentalement la société tunisienne entière qui va de plus en plus mal, et la jeunesse ne fait que subir malgré elle la nonchalance de cette société.
Le rôle des parents est primordial mais reste le premier à réprimander.
Les parents se consacrent de moins en moins à leurs enfants et à leur éducation, et préfèrent payer les cours particuliers, les "plays",... pourvu qu'ils aient le temps de se consacrer à leur dadas personnels et préférés comme le foot, le chat, le café, la chicha et j'en passe. Il y a également la qualité du lien affectif, en l'occurrence comment parle-t-on à nos jeunes. Ensuite, la cohérence du message est également importante. Si un parent n'arrête pas de critiquer par exemple un enseignant, l'enfant n'a plus le rapport à l'autorité de l'enseignant.
Le rôle du gouvernement aussi est à réprimander, puisqu'il s'acharne à cantonner la jeunesse uniquement par le sport dans le but évident de les fatiguer physiquement au point de ne plus leur laisser le temps d'envahir les rues et les endroits mal famés.
Le rôle des médias finalement ne fait qu'exacerber ce sentiment d'abandon et de futilité en cherchant l'audimat à tout prix. Les médias sont entrain de transformer la culture en un objet commercial pur, et tous les coups sont permis pour assouvir leur boulimie du gain, quitte à maltraiter les valeurs les plus fondamentales de la société en substituant petit à petit le mal par le bien, alors si les adultes ne savent plus faire la part des choses comment veut on que les jeunes réagissent ou s'inscrivent dans l'avenir?
Avatar de l’utilisateur
leila
.
.
Messages : 2855
Inscription : dim. déc. 24, 2006 10:58 am

Message par leila »

bravo kilani,tu as bien résumé la situation.
les parents mais aussi les autorités ont une grande part de résponsabilité dans l'etat de delabrement de la jeunesse actuelle.
que penses-tu qu'elle seraient les solutions?comment nous sortir de cette situation?
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Message par kilani_se »

leila a écrit :bravo kilani,tu as bien résumé la situation.
les parents mais aussi les autorités ont une grande part de résponsabilité dans l'etat de delabrement de la jeunesse actuelle.
que penses-tu qu'elle seraient les solutions?comment nous sortir de cette situation?
Bonjour Leila,
Avant de parler de solutions, il faut bien dénoncer les dérives de la situation actuelle, et qui plonge la jeunesse dans un état de léthargie que beaucoup refusent de comprendre et préfèrent juger de malsaine.
La génération qui précède est toujours responsable des dérives de la jeunesse actuelle, mais contrairement à ce qu’on pense, le remède n’est pas dans l’action politique, mais sûrement dans la manière de penser et dans l’appréciation des choses.
Les jeunes doivent suivre le chemin des femmes tunisiennes, qui aujourd’hui peuvent se prétendre anticipées, malgré les progrès qu’il faudrait encore faire.
Nous devons enfin comprendre qu’un jeune à les mêmes droits qu’un homme ou une femme, et que le considérer comme une personne non encore mure, le dénigre et le rabaisse au point que même ses prises de positions sociales sont considérées comme des « gamineries ».
Notre jeunesse est devenue instrumentalisée presque au point de n’être utile qu’à assouvir les divertissements des adultes immatures.
Notre jeunesse fourmille d’artistes en herbes, de petits génies en maths et en sciences, d’athlètes de hauts niveaux,….
Au lieu de faire profiter notre société de ses jeunes trésors, famille et gouvernement s’allient pour les envoyer se « former » à l’étranger en favorisant ainsi la fuite des cerveaux.
La société tunisienne se vide de jour en jour de ses élites, et les familles se retrouvent de plus en plus dans des mansardes vides et sans enfants.
- Les familles doivent faire l’effort de passer du temps avec leurs enfants afin de leurs transmettre leurs savoirs et cultures et ne pas croire que l’école ou la rue va supplanter cette formation indispensable et nécessaire.
- L’Etat doit offrir des infrastructures et des hommes capables de passer le relais aux générations qui montent. Et ce n’est pas en multipliant les ordinateurs ou les consoles de jeux, mais en changeant l’opinion des formateurs, qui doivent remplir leurs rôles sociaux sans se transformer en machines à gagner de l’argent.
- Les médias qui au lieu de rapporter bêtement les informations et noyer l’individu dans une masse d’information qui n’est pas forcement la sienne, doit mettre un peu plus en valeur nos acquis socioculturels et critiquer les dérives flagrantes qu’ils s’évertuent à ne pas voir autour d’eux.
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Message par kilani_se »

Bonsoir tout le monde,
Maintenant qu'on en a parlé en général, passons aux problèmes particuliers.
Peut on considérer que l'éducation est d'abord un outil politique au service de la paix sociale ?
"Chaque jeune à l'école est un délinquant en puissance de moins dans la rue..."
Selon l'OCDE Site : http://www.pisa.oecd.org/pages/0,3417,e ... _1,00.html
La Tunisie se classerait parmi les 10 derniers dans le classement!
Ces chiffres sont vraiment tristes et méritent qu'on réfléchisse aux orientations qui sont ''imposées'' à l'enseignement : la quantité au détriment de la qualité !
[/swf]
Avatar de l’utilisateur
ritchie
.
.
Messages : 3118
Inscription : sam. nov. 25, 2006 9:30 pm

Message par ritchie »

kilani_se a écrit :Bonsoir tout le monde,
Maintenant qu'on en a parlé en général, passons aux problèmes particuliers.
Peut on considérer que l'éducation est d'abord un outil politique au service de la paix sociale ?
"Chaque jeune à l'école est un délinquant en puissance de moins dans la rue..."
Selon l'OCDE Site : http://www.pisa.oecd.org/pages/0,3417,e ... _1,00.html
La Tunisie se classerait parmi les 10 derniers dans le classement!
Ces chiffres sont vraiment tristes et méritent qu'on réfléchisse aux orientations qui sont ''imposées'' à l'enseignement : la quantité au détriment de la qualité !
[/swf]
les troubles qui secouent la tunisie en ce moment sont la preuve de l urgence de certaines reformes tant au niveau educatif que autres.
kilani_se
Messages : 166
Inscription : mer. mars 03, 2010 9:05 am

Message par kilani_se »

ritchie a écrit :les troubles qui secouent la tunisie en ce moment sont la preuve de l urgence de certaines reformes tant au niveau educatif que autres.
Bonjour Ritchie,
Autant nous regrettons ce douloureux incident, autant nous nous indignons des tentatives de certaines parties d'instrumentaliser cet incident isolé et de le dévier de son véritable contexte afin de l'exploiter à des desseins politiques malsains. Article sur Le Monde.fr http://www.lemonde.fr/afrique/article/2 ... _3212.html
Nous assistons à un affrontement entre le gouvernement (qui il faut le souligner, n'a jamais cherché à endigué ce fléau souterrain de marchés parallèles, puisqu'ils lui garantissent jusqu'à aujourd'hui une certaine paix sociale au détriment des commerçants qui exercent en conformité avec la loi) ces sbires du marché noir qui étouffent l'économie et qui aujourd'hui prennent pour acquis leurs ''Business'' tant lucratif se permettent d'enflammer la population locale pour créer des troubles et des incidents qui ne peuvent que nuire à toute la région.
Cette politique ''du laisser faire tant qu'on a la paix'', est-elle seule responsable du mal être que vivent les tunisiens aujourd'hui ?
Répondre